Difference between pages "Install/fr/Configuring" and "Install/fr/Kernel"

< Install‎ | fr(Difference between pages)
(Created page with "<noinclude> {{InstallPart|configuration du système Funtoo Linux}} </noinclude> === Configuration du système === Comme toutes les distributions Linux, Funtoo Linux possède...")
 
(Mise en place du noyau)
 
Line 1: Line 1:
<noinclude>
+
=== Configuration et mise en place du noyau ===
{{InstallPart|configuration du système Funtoo Linux}}
+
</noinclude>
+
=== Configuration du système ===
+
  
Comme toutes les distributions Linux, Funtoo Linux possède son lot de fichiers de configuration. Un fichier qui ne doit en aucun cas échapper à votre attention est <code>/etc/fstab</code>. À défaut de le configurer correctement, Funtoo Linux refusera de démarrer.
+
Aucun système Funtoo Linux ne peut fonctionner sans noyau. C'est le cœur du système, son moteur. Le chargeur d'amorçage interpelle ce dernier lors du démarrage. Le noyau sert d'interface entre les composants matériels et il permet l'exécution des différentes applications installées.
  
==== L'éditeur nano ====
+
Le noyau se doit d'être convenablement configuré afin de prendre en charge les unités de disque, les systèmes de fichiers, les cartes réseau, etc... Les utilisateurs expérimentés de Linux ont la possibilité de choisir un noyau à installer, le configurer et le mettre en place. En fait, c'est la façon traditionnelle d'installer un noyau quand on met en place un système bâti à partir de sources, un système tel Funtoo Linux.
  
L'éditeur de texte disponible dans l'environnement «chroot» se nomme <code>nano</code>. Pour éditer l'un des fichiers ci-dessous, vous le lancez ainsi:
+
Funtoo Linux a pris en considération les utilisateurs moins expérimentés, voire débutants. C'est pourquoi Funtoo Linux met à la disposition de tous un noyau de type universel. Il s'agit d'un paquet constitué de «ebuilds» qui génèrent automatiquement les modules et le fichier «initramfs» garantissant ainsi un démarrage sans faille et un système capable de conjuguer avec tous les composants matériels. Voyons comment réaliser ceci en toute simplicité et le plus facilement possible.
  
<console>
+
==== Les ensembles de paquets ====
(chroot) # ##i##nano -w /etc/fstab
+
</console>
+
  
{{Note|L'argument '''w''' prévient le retour à la ligne automatique. On le recommande lors de l'édition de fichiers de configuration. Cela évite la possible insertion de caractères étrangers générant une erreur à l'exécution du contenu.}}
+
Nous avons abordé le concept des ensembles de paquets à la section[[Install/fr#Introduction_.C3.A0_Portage| Introduction à Portage]]. En plus de <code>world</code>, il y a aussi <code>system</code>. Cela nous permet donc de mettre le système à jour dans son entièreté avec <code>world</code> ou simplement une partie de celui-ci avec <code>system</code>. Ce dernier ensemble ne regroupe que les paquets formant le système de base.
+
Utilisez les touches fléchées pour vous déplacez dans l'éditeur. Les touches telles «backspace» et «delete» réagissent tel que prévu. Appuyez sur Ctrl+X pour sauvegarder le fichier en quittant l'éditeur.
+
  
==== Fichiers de configuration ====
+
Le concept des ensembles de paquets ne s'arrête pas là. Nous pouvons l'étendre à d'autres paquets en créant d'autres entités du même genre. Si nous voulons que le noyau ne soit pas mis à jour en même temps que tout le système, nous créons un ensemble que nous nommerons <code>kernel</code>. Le nom n'est pas arbitraire.
  
Voici une liste de fichiers de configuration à éditer pour modification selon vos besoins:
+
==== L'ensemble Kernel ====
  
{{TableStart}}
+
Pour créer cet ensemble, nous exécutons les commandes suivantes:
<tr class="active"><th>Fichier</th>
+
<th>Dois-je le modifier?</th>
+
<th>Description</th>
+
</tr><tr  class="danger">
+
<td><code>/etc/fstab</code></td>
+
<td>'''Oui - requis'''</td>
+
<td>Instructions de montage de vos partitions lors du démarrage.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/localtime</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Votre fuseau horraire. Lien symbolique vers /usr/share/zoneinfo (i.e. /usr/share/zoneinfo/America/Toronto) </td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/portage/make.conf</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Paramètres utilisés par gcc (compilateur), portage, et make.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/hostname</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Sert à affecter un nom à la machine.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/keymaps</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Fichier de configuration pour le mappage du clavier. À modifier si votre clavier n'est pas US.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/hwclock</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Fichier de configuration de l'horloge du système.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/modules</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Modules du noyau à charger automatiquement au démarrage. Voir [[Additional Kernel Resources]] pour plus de détails.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/consolefont</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Définition de la police d'affichage en console. Le service consolefont doit être actif. Démarrez-le ainsi: rc-update add consolefont.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>profiles</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Réglages pour Portage.</td>
+
</tr>
+
{{TableEnd}}
+
 
+
{{Warning|Éditez le fichier <code>etc/fstab</code> avant de redémarrer. Vous devez modifier le contenu des colonnes «fs» et «type» afin qu'il soit conforme aux partitions et aux systèmes de fichiers que vous avez créés avec <code>gdisk</code> ou <code>fdisk</code>. Vous pourriez être incapale de lancer Funtoo Linux en passant outre à cette étape.}}
+
 
+
==== /etc/fstab ====
+
 
+
<code>/etc/fstab</code> is used by the <code>mount</code> command which is ran when your system boots. Statements of this file inform <code>mount</code> about partitions to be mounted and how they are mounted. In order for the system to boot properly, you must edit <code>/etc/fstab</code> and ensure that it reflects the partition configuration you used earlier:
+
  
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##nano -w /etc/fstab
+
(chroot) # ##i##mkdir /etc/portage/sets
 +
(chroot) # ##i##echo sys-kernel/debian-sources > /etc/portage/sets/kernel
 
</console>
 
</console>
  
<pre>
+
Maintenant indiquons à Portage que nous voulons créer un noyau «universel» et le fichier <code>initramfs</code>. Nous allons installer le noyau <code>debian-sources</code>. Afin que Portage construise le fichier <code>initramfs</code> en même temps qu'il bâtit le noyau, nous utilisons un USE flag conçu à cet effet. Il se nomme <code>binary</code>.
# The root filesystem should have a pass number of either 0 or 1.
+
# All other filesystems should have a pass number of 0 or greater than 1.
+
#
+
# NOTE: If your BOOT partition is ReiserFS, add the notail option to opts.
+
#
+
# See the manpage fstab(5) for more information.
+
#
+
# <fs>     <mountpoint>  <type>  <opts>        <dump/pass>
+
 
+
/dev/sda1    /boot        ext2    noauto,noatime 1 2
+
/dev/sda2    none          swap    sw            0 0
+
/dev/sda3    /            ext4    noatime        0 1
+
#/dev/cdrom  /mnt/cdrom    auto    noauto,ro      0 0
+
</pre>
+
 
+
{{Note|Currently, our default <code>/etc/fstab</code> has the root filesystem as <code>/dev/sda4</code> and the swap partition as <code>/dev/sda3</code>. These will need to be changed to <code>/dev/sda3</code> and <code>/dev/sda2</code>, respectively.}}
+
 
+
{{Note|If you're using UEFI to boot, change the <code>/dev/sda1</code> line so it says <code>vfat</code> instead of <code>ext2</code>. Similarly, make sure that the <code>/dev/sda3</code> line specifies either <code>xfs</code> or <code>ext4</code>, depending on which filesystem you chose at filesystem-creation time.}}
+
 
+
==== /etc/localtime ====
+
 
+
<code>/etc/localtime</code> is used to specify the timezone that your machine is in, and defaults to UTC. If you would like your Funtoo Linux system to use local time, you should replace <code>/etc/localtime</code> with a symbolic link to the timezone that you wish to use.  
+
  
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##ln -sf /usr/share/zoneinfo/MST7MDT /etc/localtime
+
(chroot) # ##i##install -d /etc/portage/package.use
 +
(chroot) # ##i##echo "sys-kernel/debian-sources binary" >> /etc/portage/package.use/kernel
 
</console>
 
</console>
  
The above sets the timezone to Mountain Standard Time (with daylight savings). Type <code>ls /usr/share/zoneinfo</code> to see what timezones are available. There are also sub-directories containing timezones described by location.
+
{{Note|Nous avons créé un répertoire <code>package.use</code> dans lequel nous avons déposé un fichier contenant le nom du paquet et son USE flag. Nous aurions pu le faire directement dans un fichier du même nom que le répertoire. Voir le manuel <code>man portage</code>.}}
  
==== /etc/make.conf ====
+
Les USE flags sont des indicateurs qui nous donnent la possibilité de configurer les options de compilation d'un paquet selon nos besoins exacts. Vous vous familiariserez avec cette fonctionnalité au fur et à mesure que vous utiliserez Funtoo Linux. Le USE flag <code>binary</code> a été créé pour <code>debian-sources</code> ainsi que pour d'autres <code>ebuilds</code> de noyau afin que les nouveaux utilisateurs de Funtoo Linux  aient un système opérationnel le plus facilement possible.
  
MAKEOPTS can be used to define how many parallel compilations should occur when you compile a package, which can speed up compilation significantly. A rule of thumb is the number of CPUs (or CPU threads) in your system plus one. If for example you have a dual core processor without [[wikipedia:Hyper-threading|hyper-threading]], then you would set MAKEOPTS to 3:
+
==== Mise en place du noyau ====
  
<pre>
+
{{Note|Voir [[Funtoo Linux Kernels]] pour une liste complète des noyaux supportés par Funtoo Linux.  Nous recommandons <code>debian-sources</code> aux nouveaux utilisateurs.}}
MAKEOPTS="-j3"
+
</pre>
+
  
If you are unsure about how many processors/threads you have then use nproc to help you.
+
{{Important|<code>debian-sources</code> compilé avec le USE flag <code>binary</code> requiert à tout le moins 14GB d'espace libre dans <code>/var/tmp</code> et prend environ 1 heure à être compilé et mis en place  quand la machine tourne sur un processeur Intel Core i7.}}
<console>
+
(chroot) # ##i##nproc
+
16
+
</console>
+
 
+
Set MAKEOPTS to this number plus one:
+
 
+
<pre>
+
MAKEOPTS="-j17"
+
</pre>
+
 
+
USE flags define what functionality is enabled when packages are built. It is not recommended to add a lot of them during installation; you should wait until you have a working, bootable system before changing your USE flags. A USE flag prefixed with a minus ("<code>-</code>") sign tells Portage not to use the flag when compiling.  A Funtoo guide to USE flags will be available in the future. For now, you can find out more information about USE flags in the [http://www.gentoo.org/doc/en/handbook/handbook-amd64.xml?part=2&chap=2 Gentoo Handbook].
+
 
+
LINGUAS tells Portage which local language to compile the system and applications in (those who use LINGUAS variable like OpenOffice). It is not usually necessary to set this if you use English. If you want another language such as French (fr) or German (de), set LINGUAS appropriately:
+
  
<pre>
+
Installons le noyau:
LINGUAS="fr"
+
</pre>
+
  
==== /etc/conf.d/hwclock ====
 
If you dual-boot with Windows, you'll need to edit this file and change the value of '''clock''' from '''UTC''' to '''local''', because Windows will set your hardware clock to local time every time you boot Windows. Otherwise you normally wouldn't need to edit this file.
 
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##nano -w /etc/conf.d/hwclock
+
(chroot) # ##i##emerge -1 @kernel
 
</console>
 
</console>
  
==== Localization ====
+
{{Important|Le paramètre <code>-1</code> fait en sorte que le paquet déclaré dans l'ensemble <code>kernel</code>, indiqué par <code>@kernel</code> sur la ligne de commande, ne se retrouvera pas dans l'ensemble <code>world</code>. Cela permet d'effectuer la mise à jour du noyau indépendamment des autres paquets constituant le système Funtoo Linux prévenant ainsi que le noyau soit mis à jour en même temps que le système.}}
 +
 
 +
La mise en place d'un noyau opérationnel et fonctionnel à l'aide du USE flag <code>binary</code> est à la fois simple et coûteux. C'est coûteux en terme de temps de compilation. Le noyau sera configuré pour soutenir toute la quincaillerie que Linux supporte. Cela prendra beaucoup de temps sur des machines lentes. C'est la raison pour laquelle il est important que la variable <code>MAKEOPTS</code> soit bien initialisée dans <code>/etc/portage/make.conf</code>. Voir la section [[#/etc/make.conf|/etc/make.conf]].
  
By default, Funtoo Linux is configured with Unicode (UTF-8) enabled, and for the US English locale and keyboard. If you would like to configure your system to use a non-English locale or keyboard, see [[Funtoo Linux Localization]].
+
[[Category: Installation Guide Parts]]

Revision as of 00:57, January 3, 2015

Configuration et mise en place du noyau

Aucun système Funtoo Linux ne peut fonctionner sans noyau. C'est le cœur du système, son moteur. Le chargeur d'amorçage interpelle ce dernier lors du démarrage. Le noyau sert d'interface entre les composants matériels et il permet l'exécution des différentes applications installées.

Le noyau se doit d'être convenablement configuré afin de prendre en charge les unités de disque, les systèmes de fichiers, les cartes réseau, etc... Les utilisateurs expérimentés de Linux ont la possibilité de choisir un noyau à installer, le configurer et le mettre en place. En fait, c'est la façon traditionnelle d'installer un noyau quand on met en place un système bâti à partir de sources, un système tel Funtoo Linux.

Funtoo Linux a pris en considération les utilisateurs moins expérimentés, voire débutants. C'est pourquoi Funtoo Linux met à la disposition de tous un noyau de type universel. Il s'agit d'un paquet constitué de «ebuilds» qui génèrent automatiquement les modules et le fichier «initramfs» garantissant ainsi un démarrage sans faille et un système capable de conjuguer avec tous les composants matériels. Voyons comment réaliser ceci en toute simplicité et le plus facilement possible.

Les ensembles de paquets

Nous avons abordé le concept des ensembles de paquets à la section Introduction à Portage. En plus de world, il y a aussi system. Cela nous permet donc de mettre le système à jour dans son entièreté avec world ou simplement une partie de celui-ci avec system. Ce dernier ensemble ne regroupe que les paquets formant le système de base.

Le concept des ensembles de paquets ne s'arrête pas là. Nous pouvons l'étendre à d'autres paquets en créant d'autres entités du même genre. Si nous voulons que le noyau ne soit pas mis à jour en même temps que tout le système, nous créons un ensemble que nous nommerons kernel. Le nom n'est pas arbitraire.

L'ensemble Kernel

Pour créer cet ensemble, nous exécutons les commandes suivantes:

(chroot) # mkdir /etc/portage/sets
(chroot) # echo sys-kernel/debian-sources > /etc/portage/sets/kernel

Maintenant indiquons à Portage que nous voulons créer un noyau «universel» et le fichier initramfs. Nous allons installer le noyau debian-sources. Afin que Portage construise le fichier initramfs en même temps qu'il bâtit le noyau, nous utilisons un USE flag conçu à cet effet. Il se nomme binary.

(chroot) # install -d /etc/portage/package.use
(chroot) # echo "sys-kernel/debian-sources binary" >> /etc/portage/package.use/kernel
Note

Nous avons créé un répertoire package.use dans lequel nous avons déposé un fichier contenant le nom du paquet et son USE flag. Nous aurions pu le faire directement dans un fichier du même nom que le répertoire. Voir le manuel man portage.

Les USE flags sont des indicateurs qui nous donnent la possibilité de configurer les options de compilation d'un paquet selon nos besoins exacts. Vous vous familiariserez avec cette fonctionnalité au fur et à mesure que vous utiliserez Funtoo Linux. Le USE flag binary a été créé pour debian-sources ainsi que pour d'autres ebuilds de noyau afin que les nouveaux utilisateurs de Funtoo Linux aient un système opérationnel le plus facilement possible.

Mise en place du noyau

Note

Voir Funtoo Linux Kernels pour une liste complète des noyaux supportés par Funtoo Linux. Nous recommandons debian-sources aux nouveaux utilisateurs.

Important

debian-sources compilé avec le USE flag binary requiert à tout le moins 14GB d'espace libre dans /var/tmp et prend environ 1 heure à être compilé et mis en place quand la machine tourne sur un processeur Intel Core i7.

Installons le noyau:

(chroot) # emerge -1 @kernel
Important

Le paramètre -1 fait en sorte que le paquet déclaré dans l'ensemble kernel, indiqué par @kernel sur la ligne de commande, ne se retrouvera pas dans l'ensemble world. Cela permet d'effectuer la mise à jour du noyau indépendamment des autres paquets constituant le système Funtoo Linux prévenant ainsi que le noyau soit mis à jour en même temps que le système.

La mise en place d'un noyau opérationnel et fonctionnel à l'aide du USE flag binary est à la fois simple et coûteux. C'est coûteux en terme de temps de compilation. Le noyau sera configuré pour soutenir toute la quincaillerie que Linux supporte. Cela prendra beaucoup de temps sur des machines lentes. C'est la raison pour laquelle il est important que la variable MAKEOPTS soit bien initialisée dans /etc/portage/make.conf. Voir la section /etc/make.conf.