Difference between pages "Install/fr/Configuring" and "Install/fr/Kernel"

< Install‎ | fr(Difference between pages)
(Support canadien-français)
 
(Mise en place du noyau)
 
Line 1: Line 1:
<noinclude>
+
=== Configuration et mise en place du noyau ===
{{InstallPart|configuration du système Funtoo Linux}}
+
</noinclude>
+
=== Configuration du système ===
+
  
Comme toutes les distributions Linux, Funtoo Linux possède son lot de fichiers de configuration. Un fichier qui ne doit en aucun cas échapper à votre attention est <code>/etc/fstab</code>. À défaut de le configurer correctement, Funtoo Linux refusera de démarrer.
+
Aucun système Funtoo Linux ne peut fonctionner sans noyau. C'est le cœur du système, son moteur. Le chargeur d'amorçage interpelle ce dernier lors du démarrage. Le noyau sert d'interface entre les composants matériels et il permet l'exécution des différentes applications installées.
  
==== L'éditeur nano ====
+
Le noyau se doit d'être convenablement configuré afin de prendre en charge les unités de disque, les systèmes de fichiers, les cartes réseau, etc... Les utilisateurs expérimentés de Linux ont la possibilité de choisir un noyau à installer, le configurer et le mettre en place. En fait, c'est la façon traditionnelle d'installer un noyau quand on met en place un système bâti à partir de sources, un système tel Funtoo Linux.
  
L'éditeur de texte disponible dans l'environnement «chroot» se nomme <code>nano</code>. Pour éditer l'un des fichiers ci-dessous, vous le lancez ainsi:
+
Funtoo Linux a pris en considération les utilisateurs moins expérimentés, voire débutants. C'est pourquoi Funtoo Linux met à la disposition de tous un noyau de type universel. Il s'agit d'un paquet constitué de «ebuilds» qui génèrent automatiquement les modules et le fichier «initramfs» garantissant ainsi un démarrage sans faille et un système capable de conjuguer avec tous les composants matériels. Voyons comment réaliser ceci en toute simplicité et le plus facilement possible.
  
<console>
+
==== Les ensembles de paquets ====
(chroot) # ##i##nano -w /etc/fstab
+
</console>
+
  
{{Note|L'argument '''w''' prévient le retour à la ligne automatique. On le recommande lors de l'édition de fichiers de configuration. Cela évite la possible insertion de caractères étrangers générant une erreur à l'exécution du contenu.}}
+
Nous avons abordé le concept des ensembles de paquets à la section[[Install/fr#Introduction_.C3.A0_Portage| Introduction à Portage]]. En plus de <code>world</code>, il y a aussi <code>system</code>. Cela nous permet donc de mettre le système à jour dans son entièreté avec <code>world</code> ou simplement une partie de celui-ci avec <code>system</code>. Ce dernier ensemble ne regroupe que les paquets formant le système de base.
+
Utilisez les touches fléchées pour vous déplacez dans l'éditeur. Les touches telles «backspace» et «delete» réagissent tel que prévu. Appuyez sur Ctrl+X pour sauvegarder le fichier en quittant l'éditeur.
+
  
==== Fichiers de configuration ====
+
Le concept des ensembles de paquets ne s'arrête pas là. Nous pouvons l'étendre à d'autres paquets en créant d'autres entités du même genre. Si nous voulons que le noyau ne soit pas mis à jour en même temps que tout le système, nous créons un ensemble que nous nommerons <code>kernel</code>. Le nom n'est pas arbitraire.
  
Voici une liste de fichiers de configuration à éditer pour modification selon vos besoins:
+
==== L'ensemble Kernel ====
  
{{TableStart}}
+
Pour créer cet ensemble, nous exécutons les commandes suivantes:
<tr class="active"><th>Fichier</th>
+
<th>Dois-je le modifier?</th>
+
<th>Description</th>
+
</tr><tr  class="danger">
+
<td><code>/etc/fstab</code></td>
+
<td>'''Oui - requis'''</td>
+
<td>Instructions de montage de vos partitions lors du démarrage.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/localtime</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Votre fuseau horraire. Lien symbolique vers /usr/share/zoneinfo (i.e. /usr/share/zoneinfo/America/Toronto) </td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/portage/make.conf</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Paramètres utilisés par gcc (compilateur), portage, et make.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/hostname</code></td>
+
<td>''Recommandé''</td>
+
<td>Sert à affecter un nom à la machine.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/keymaps</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Fichier de configuration pour le mappage du clavier. À modifier si votre clavier n'est pas US.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/hwclock</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Fichier de configuration de l'horloge du système.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/modules</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Modules du noyau à charger automatiquement au démarrage. Voir [[Additional Kernel Resources]] pour plus de détails.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>/etc/conf.d/consolefont</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Définition de la police d'affichage en console. Le service consolefont doit être actif. Démarrez-le ainsi: rc-update add consolefont.</td>
+
</tr><tr>
+
<td><code>profiles</code></td>
+
<td>Optionnel</td>
+
<td>Réglages pour Portage.</td>
+
</tr>
+
{{TableEnd}}
+
 
+
{{Warning|Éditez le fichier <code>etc/fstab</code> avant de redémarrer. Vous devez modifier le contenu des colonnes «fs» et «type» afin qu'il soit conforme aux partitions et aux systèmes de fichiers que vous avez créés avec <code>gdisk</code> ou <code>fdisk</code>. Vous pourriez être incapale de lancer Funtoo Linux en passant outre à cette étape.}}
+
 
+
==== /etc/fstab ====
+
 
+
La commande <code>mount</code> lit le fichier <code>/etc/fstab</code> lors du démarrage du système. Les énoncés de ce fichier fournissent à cette commande des informations à propos des partitions et lui indiquent comment les monter. Éditez le fichier afin que son contenu reflète exactement le partitionnement que vous avez créé plus tôt.
+
  
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##nano -w /etc/fstab
+
(chroot) # ##i##mkdir /etc/portage/sets
 +
(chroot) # ##i##echo sys-kernel/debian-sources > /etc/portage/sets/kernel
 
</console>
 
</console>
  
<pre>
+
Maintenant indiquons à Portage que nous voulons créer un noyau «universel» et le fichier <code>initramfs</code>. Nous allons installer le noyau <code>debian-sources</code>. Afin que Portage construise le fichier <code>initramfs</code> en même temps qu'il bâtit le noyau, nous utilisons un USE flag conçu à cet effet. Il se nomme <code>binary</code>.
# The root filesystem should have a pass number of either 0 or 1.
+
# All other filesystems should have a pass number of 0 or greater than 1.
+
#
+
# NOTE: If your BOOT partition is ReiserFS, add the notail option to opts.
+
#
+
# See the manpage fstab(5) for more information.
+
#
+
# <fs>     <mountpoint>  <type>  <opts>        <dump/pass>
+
 
+
/dev/sda1    /boot        ext2    noauto,noatime 1 2
+
/dev/sda2    none          swap    sw            0 0
+
/dev/sda3    /            ext4    noatime        0 1
+
/dev/sda4    /home        ext4    noatime        0 1
+
#/dev/cdrom  /mnt/cdrom    auto    noauto,ro      0 0
+
</pre>
+
 
+
{{Note|Ce fichier <code>/etc/fstab</code> montre qu'une partition <code>/home</code> a été créée afin de séparer les données du système, paritition racine, des données personnelles.}}
+
 
+
{{Note|Si vous utilisez <code>UEFI</code>, le système de fichiers pour la partition <code>/boot</code> doit être changé pour <code>vfat</code>. Il en va de même pour le système de fichiers <code>ext4</code> si vous avez formaté les partitions avec un autre système de fichiers, par exemple <code>XFS</code>.}}
+
 
+
==== /etc/localtime ====
+
 
+
<code>/etc/localtime</code> spécifie le fuseau horaire UTC par défaut. Si vous voulez que votre système utilise votre fuseau horaire, remplacez <code>/etc/localtime</code> par un lien symbolique vers le fuseau horaire souhaité.  
+
  
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##ln -sf /usr/share/zoneinfo/Canada/Eastern /etc/localtime
+
(chroot) # ##i##install -d /etc/portage/package.use
 +
(chroot) # ##i##echo "sys-kernel/debian-sources binary" >> /etc/portage/package.use/kernel
 
</console>
 
</console>
  
Dans l'exemple ci-haut, le fuseau horaire est réglé sur l'heure normale de l'Est (Canada) supportant l'heure d'été. Exécutez la commande <code>ls /usr/share/zoneinfo</code> pour voir les différents fuseaux horaires disponibles.
+
{{Note|Nous avons créé un répertoire <code>package.use</code> dans lequel nous avons déposé un fichier contenant le nom du paquet et son USE flag. Nous aurions pu le faire directement dans un fichier du même nom que le répertoire. Voir le manuel <code>man portage</code>.}}
  
==== /etc/make.conf ====
+
Les USE flags sont des indicateurs qui nous donnent la possibilité de configurer les options de compilation d'un paquet selon nos besoins exacts. Vous vous familiariserez avec cette fonctionnalité au fur et à mesure que vous utiliserez Funtoo Linux. Le USE flag <code>binary</code> a été créé pour <code>debian-sources</code> ainsi que pour d'autres <code>ebuilds</code> de noyau afin que les nouveaux utilisateurs de Funtoo Linux  aient un système opérationnel le plus facilement possible.
  
MAKEOPTS  détermine le nombre de compilations en parallèle qui devraient se produire lorsque vous compilez un paquet. Cela peut  grandement améliorer le temps de compilation.  La règle d'or dicte d'ajouter 1 au nombre de processeurs. À titre d'exemple, si vous avez un processeur double coeur sans [[http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyper-Threading|hyper-threading]], vous initialiserez MAKEOPTS avec 3:
+
==== Mise en place du noyau ====
  
<pre>
+
{{Note|Voir [[Funtoo Linux Kernels]] pour une liste complète des noyaux supportés par Funtoo Linux.  Nous recommandons <code>debian-sources</code> aux nouveaux utilisateurs.}}
MAKEOPTS="-j3"
+
</pre>
+
  
<code>nproc</code> vous aide à obtenir le nombre de processeurs.
+
{{Important|<code>debian-sources</code> compilé avec le USE flag <code>binary</code> requiert à tout le moins 14GB d'espace libre dans <code>/var/tmp</code> et prend environ 1 heure à être compilé et mis en place  quand la machine tourne sur un processeur Intel Core i7.}}
<console>
+
(chroot) # ##i##nproc
+
4
+
</console>
+
  
<pre>
+
Installons le noyau:
MAKEOPTS="-j5"
+
</pre>
+
 
+
Les USE flags servent à préciser les fonctionnalités d'un paquet quand il est compilé. N'en ajoutez pas trop lors de l'installation. Attendez plutôt d'avoir un système fonctionnel avant de les modifier. Un signe moins ("<code>-</code>") devant un USE flag informe Portage de l'ignorer quand il compile le système ou un paquet. Vous trouverez de la documentation sur les USE flags dans le [http://www.gentoo.org/doc/fr/handbook/handbook-amd64.xml?part=2&chap=2 manuel de Gentoo] en attendant qu'un guide Funtoo sur les USE flags soit disponible.
+
 
+
LINGUAS indique à  Portage dans quelle langue compiler le système et les applications qui utilisent LINGUAS, par exemple LibreOffice). Pour le support en Français:
+
 
+
<pre>
+
LINGUAS="fr"
+
</pre>
+
 
+
==== /etc/conf.d/hwclock ====
+
 
+
Si vous installez Funtoo Linux en parallèle avec Windows, vous devez changer la valeur de '''clock''' en remplaçant '''UTC''' par '''local'''. Windows règle l'horloge matérielle à l'heure locale chaque fois que vous lancez Windows.
+
  
 
<console>
 
<console>
(chroot) # ##i##nano -w /etc/conf.d/hwclock
+
(chroot) # ##i##emerge -1 @kernel
 
</console>
 
</console>
  
==== Autres francisations ====
+
{{Important|Le paramètre <code>-1</code> fait en sorte que le paquet déclaré dans l'ensemble <code>kernel</code>, indiqué par <code>@kernel</code> sur la ligne de commande, ne se retrouvera pas dans l'ensemble <code>world</code>. Cela permet d'effectuer la mise à jour du noyau indépendamment des autres paquets constituant le système Funtoo Linux prévenant ainsi que le noyau soit mis à jour en même temps que le système.}}
  
Le système Funtoo Linux est livré en Anglais américain. Il supporte la norme de codage [http://fr.wikipedia.org/wiki/UTF-8 UTF-8]. Nous devons modifier quelques fichiers afin d'avoir un système qui soit entièrement en Français. Nous avons déjà modifié le fichier <code>/etc/portage/make.conf</code> afin que le système soit compilé en Français. Nous avons toutefois d'autres fichiers à modifier, par exemple pour un clavier français ou canadien-français.
+
La mise en place d'un noyau opérationnel et fonctionnel à l'aide du USE flag <code>binary</code> est à la fois simple et coûteux. C'est coûteux en terme de temps de compilation. Le noyau sera configuré pour soutenir toute la quincaillerie que Linux supporte. Cela prendra beaucoup de temps sur des machines lentes. C'est la raison pour laquelle il est important que la variable <code>MAKEOPTS</code> soit bien initialisée dans <code>/etc/portage/make.conf</code>. Voir la section [[#/etc/make.conf|/etc/make.conf]].
  
==== Réglages linguistiques ====
+
[[Category: Installation Guide Parts]]
 
+
Il y a deux fichiers de configurations responsable des réglages linguistiques dans Funtoo Linux. L'un est <code>/etc/locale.gen</code> alors que l'autre est <code>/etc/env.d/00basic</code>.  Le premier définit la langue comme étant l'Anglais américain. Le second, un fichier par défaut, livré avec le Stage3 , sert à définir la langue à l'échelle du système.  Nous ne recommandons pas de l'éditer.
+
 
+
==== Support canadien-français ====
+
 
+
Éditons le fichier <code>/etc/locale.gen</code> dans un premier temps:
+
 
+
<console>
+
# ##i##nano -w /etc/locale.gen
+
</console>
+
 
+
Spécifiez votre préférence accompagnée du format UTF-8:
+
 
+
{{file|name=/etc/locale.gen|body=
+
en_US.UTF-8 UTF-8
+
fr_CA.UTF-8 UTF-8
+
}}
+
 
+
{{Warning|Il est fortement recommandé de conserver le réglage par défaut comme alternative.}}
+
 
+
Générons le tout maintenant:
+
 
+
<console>
+
# ##i##locale-gen
+
##g##*##!g## Generating 2 locales (this might take a while) with 1 jobs
+
*  (1/2) Generating en_US.UTF-8 ... [ ok ]
+
*  (2/2) Generating fr_CA.UTF-8 ... [ ok ]
+
##g##*##!g## Generation complete
+
</console>
+
 
+
Appliquons les réglages à l'ensemble du système. Affichons les options disponibles:
+
 
+
<console>
+
# ##i##eselect locale list
+
##b####g##Available targets for the LANG variable:
+
  ##b##[1]##!b##  C
+
  ##b##[2]##!b##  POSIX
+
  ##b##[3]##!b##  en_US.utf8 ##bl##*
+
  ##b##[4]##!b##  fr_CA.utf8
+
  ##b##[ ]##!b##  (free form)
+
</console>
+
 
+
L'étoile bleue indique le réglage actuel. Changeons-le pour Canada-Français:
+
 
+
<console>
+
# ##i##eselect locale set 4
+
Setting LANG to fr_CA.utf8 ...
+
Run ". /etc/profile" to update the variable in your shell.
+
</console>
+
 
+
Finalement, nous appliquons les réglages à l'ensemble du système:
+
 
+
<console>
+
# ##i##env-update && source /etc/profile
+
>>> Regenerating /etc/ld.so.cache...
+
</console>
+
 
+
Vérifications des nouveaux réglages:
+
 
+
<console>
+
# ##i##eselect locale show
+
##b####g##LANG variable in profile:
+
  ##b##fr_CA.utf8
+
</console>
+
 
+
==== Clavier (/etc/conf.d/keymaps)====
+
 
+
Éditez le fichier <code>/etc/conf.d/keymaps</code> et changez la valeur de '''keymap''' pour '''cf''' si c'est un clavier QWERTY canadien-français ou pour '''fr''' s'il s'agit d'un clavier AZERTY français.
+
 
+
<console>
+
# ##i##nano -w /etc/conf.d/keymaps
+
</console>
+

Revision as of 00:57, January 3, 2015

Configuration et mise en place du noyau

Aucun système Funtoo Linux ne peut fonctionner sans noyau. C'est le cœur du système, son moteur. Le chargeur d'amorçage interpelle ce dernier lors du démarrage. Le noyau sert d'interface entre les composants matériels et il permet l'exécution des différentes applications installées.

Le noyau se doit d'être convenablement configuré afin de prendre en charge les unités de disque, les systèmes de fichiers, les cartes réseau, etc... Les utilisateurs expérimentés de Linux ont la possibilité de choisir un noyau à installer, le configurer et le mettre en place. En fait, c'est la façon traditionnelle d'installer un noyau quand on met en place un système bâti à partir de sources, un système tel Funtoo Linux.

Funtoo Linux a pris en considération les utilisateurs moins expérimentés, voire débutants. C'est pourquoi Funtoo Linux met à la disposition de tous un noyau de type universel. Il s'agit d'un paquet constitué de «ebuilds» qui génèrent automatiquement les modules et le fichier «initramfs» garantissant ainsi un démarrage sans faille et un système capable de conjuguer avec tous les composants matériels. Voyons comment réaliser ceci en toute simplicité et le plus facilement possible.

Les ensembles de paquets

Nous avons abordé le concept des ensembles de paquets à la section Introduction à Portage. En plus de world, il y a aussi system. Cela nous permet donc de mettre le système à jour dans son entièreté avec world ou simplement une partie de celui-ci avec system. Ce dernier ensemble ne regroupe que les paquets formant le système de base.

Le concept des ensembles de paquets ne s'arrête pas là. Nous pouvons l'étendre à d'autres paquets en créant d'autres entités du même genre. Si nous voulons que le noyau ne soit pas mis à jour en même temps que tout le système, nous créons un ensemble que nous nommerons kernel. Le nom n'est pas arbitraire.

L'ensemble Kernel

Pour créer cet ensemble, nous exécutons les commandes suivantes:

(chroot) # mkdir /etc/portage/sets
(chroot) # echo sys-kernel/debian-sources > /etc/portage/sets/kernel

Maintenant indiquons à Portage que nous voulons créer un noyau «universel» et le fichier initramfs. Nous allons installer le noyau debian-sources. Afin que Portage construise le fichier initramfs en même temps qu'il bâtit le noyau, nous utilisons un USE flag conçu à cet effet. Il se nomme binary.

(chroot) # install -d /etc/portage/package.use
(chroot) # echo "sys-kernel/debian-sources binary" >> /etc/portage/package.use/kernel
Note

Nous avons créé un répertoire package.use dans lequel nous avons déposé un fichier contenant le nom du paquet et son USE flag. Nous aurions pu le faire directement dans un fichier du même nom que le répertoire. Voir le manuel man portage.

Les USE flags sont des indicateurs qui nous donnent la possibilité de configurer les options de compilation d'un paquet selon nos besoins exacts. Vous vous familiariserez avec cette fonctionnalité au fur et à mesure que vous utiliserez Funtoo Linux. Le USE flag binary a été créé pour debian-sources ainsi que pour d'autres ebuilds de noyau afin que les nouveaux utilisateurs de Funtoo Linux aient un système opérationnel le plus facilement possible.

Mise en place du noyau

Note

Voir Funtoo Linux Kernels pour une liste complète des noyaux supportés par Funtoo Linux. Nous recommandons debian-sources aux nouveaux utilisateurs.

Important

debian-sources compilé avec le USE flag binary requiert à tout le moins 14GB d'espace libre dans /var/tmp et prend environ 1 heure à être compilé et mis en place quand la machine tourne sur un processeur Intel Core i7.

Installons le noyau:

(chroot) # emerge -1 @kernel
Important

Le paramètre -1 fait en sorte que le paquet déclaré dans l'ensemble kernel, indiqué par @kernel sur la ligne de commande, ne se retrouvera pas dans l'ensemble world. Cela permet d'effectuer la mise à jour du noyau indépendamment des autres paquets constituant le système Funtoo Linux prévenant ainsi que le noyau soit mis à jour en même temps que le système.

La mise en place d'un noyau opérationnel et fonctionnel à l'aide du USE flag binary est à la fois simple et coûteux. C'est coûteux en terme de temps de compilation. Le noyau sera configuré pour soutenir toute la quincaillerie que Linux supporte. Cela prendra beaucoup de temps sur des machines lentes. C'est la raison pour laquelle il est important que la variable MAKEOPTS soit bien initialisée dans /etc/portage/make.conf. Voir la section /etc/make.conf.